DECKO, peintre du bio-rythme de la matière et de l'esprit - matière
Passionné par les théories chromatiques et surtout leurs harmonisations dans un cosmos en devenir, DECKO introduit le regard humain dans un nouveau monde de la nature et de la science en osmose.

Il sait que le cheminement contemporain de nombreux peintres à partir de Kandinsky continue à être l'emploi libre de la couleur jusqu'au triomphe de la couleur pure. Il sait aussi que les formes, les structures, les forces colorées se modifient selon un rythme initial, mystérieux et vital, celui de la matière pesante, informée, dotée de son propre cycle d'inspiration - expiration et d'une étonnante motricité.

La peinture de ce poète de la matière est née de l'observation et de la contemplation amoureuse de la nature et d'un rêve qui met le plasticien lui - même en mouvement, esprit nourri du réel et de l'imaginaire, force et caresse du geste de la main, transe du regard.

Gaugin avait dit : "L'art est une abstraction, tirez - la de la nature en rêvant d'elle". La nouvelle abstraction physico-motrice de DECKO réconcilie l'eau, l'air, le feu et la terre.  Elle est une synthèse d'éléments du réel, elle est tantôt une simplification, tantôt une amplification des cadences, des symétries nettes ou suggérées, des mouvements vitaux, apparents ou cachés.

 

Oeuvre chaude et lyrique (huile sur toile, acrylique, techniques mêlées, encre et crayon sur papier), elle est à l'image de l'homme et du peintre, tournée vers la vie, la densité des fécondations et leurs nécessités.

 

Paris, décembre 1993

Marc DEBERGH, historien et critique d'art